Un bref récit de la brève manif car très vite réprimée d’hier par des camarades de Nantes Révoltée :

Ce lundi 26 septembre commençait à Nantes le « Climate Chance », un grand sommet mondial sur le climat rassemblant des centaines de conférenciers. Un événement sponsorisé par la plupart des grandes multinationales qui saccagent la planète. Une provocation obscène comme seule Nantes, Métropole participative, « capitale verte », sait en organiser, alors même que Valls menace de venir de raser la ZAD.

Après une communication préfectorale particulièrement alarmiste et une nouvelle interdiction de manifester, ce sont malgré tout 300 personnes qui se sont retrouvées square Ricordeau en début d’après-midi. Une foule consistante pour un lundi, alors que les menaces répressives étaient pour le moins dissuasives.

Cela n’a malheureusement pas suffit à empêcher que le scénario policier désormais classique se répète. Très vite, alors que le cortège s’élance, des centaines de policiers nassent une partie des manifestants. Une nouvelle arme apparaît à Nantes : un fusil lance grenade, sorte d’arme hybride entre le flashball et le bazooka. Les socialistes auront décidément tout fait pour accélérer la militarisation de la police, et achever la transformation des forces de l’ordre en troupes d’occupation.

Après un trop long moment d’enfermement à ciel ouvert, et le survol d’un hélicoptère à basse altitude, les flics font 35 interpellations. 3 personnes sont placées en garde à vue ce soir.

Cette manifestation aura révélé le véritable visage du socialisme municipal et du greenwashing global. Organiser un sommet sur l’écologie souriant et démocratique sous la protection de centaines de policiers armés.

Valls débarque à Nantes ce mardi. Gardons la tête haute, dans les jours et les semaines à venir.

On n’est pas tout seul.

D’autres infos, photos et vidéos sur la répression qu’a subie la manif et sur l’interpellation violente qu’à subi un de nos camarade très bientôt.

En attendant, on ne se laissera pas intimider !

Publicités